Le secret de Ji

Le secret de Ji est un saga en deux tomes. Voici ce que raconte la quat’ de couv’ du premier livre :

Un jour vint Nol, le prophète, et il demanda à tous les royaumes de dépêcher leurs plus sages représentants pour un mystérieux voyage vers l’île de Ji. Peu en revinrent, et ceux qui le firent ne parlèrent jamais de ce qu’ils virent. Et ainsi la tragique histoire sombra peu à peu dans l’oubli, seulement commémorée par les descendants des élus… Jusqu’à aujourd’hui, ou les fanatiques de la secte Züu ont entamé une traque impitoyable pour les éliminer l’un après l’autre. Qui commandite ces assassinats et pourquoi les héritiers devront répondre à ces questions au plus vite : ils ne sont déjà plus que six. Mais il leur faudra avant tout revenir à la véritable source de tous ces mystères : que s’est-il passe sur l’île de Ji, cent dix-huit ans auparavant ?

Créé par Pierre Grimbert, c’est de la bonne fantaisie française sans OGM, Madame ! Y a le label en plus : Prix Julia Verlanger 1997, Prix Ozone 1997 du meilleur roman de fantasy francophone.

Franchement, ce n’est pas du vol. Malgré ce que persistent à croire pas mal de gens, le monde francophone recèle plusieurs écrivains doués spécialisant dans les histoires fantastiques. Pierre Grimbert en fait partie, il n’y a pas de doute. Les mystères et intrigues auxquelles se trouvent mêlées une petite bande de gens d’origine très diverses vous tiendront en haleine jusqu’au bout. Les personnages ont du caractère, les écueils du cliché sont en général évités, et le scénario ne cesse d’aller de surprise en surprise. Le seul truc qui m’agace, c’est sa tendance à abuser des points d’exclamation (en moyenne un par paragraphe, ce qui fait beaucoup trop).

Je conseille vivement à tout amateur de fantasy (et les MJ en recherche d’idées pour une campagne pourront également y trouver leur bonheur).