La liberté d’expression c’est bon seulement si tu es accord avec moi ?

Français : Crucifix à côté de l'église d'Artig...

Français : Crucifix à côté de l’église d’Artigue, Haute-Garonne, France. (Photo credit: Wikipedia)

Alors là, je suis sur le cul. Dire déjà que j’avais trouvé affolant que quelqu’un sur Twitter – qui avait selon toute apparence crée un compte uniquement pour militer contre le mariage pour tous – puisse qualifier une contre-manifestation (donc en faveur de la politique du gouvernement) le 16 novembre d’anti-démocratique. Mais voilà que j’ai le toupet inouï de lire un article publié en ligne par Têtu (pour ceux qui ne rentrent pas dans les librairies dignes du nom : c’est un magazine LGB) et de le trouver bien écrit, digne d’être lu par davantage de monde, et donc de le reblogger. Erreur à ne pas commettre, semblerait-il.

Vais-je donc brûler pour toute l’éternité (concepte très flou) en enfer (lieu post-mortem qui n’existe point) ? Est-ce que je corromps par ce simple geste les enfants innocents? Est-ce que par ce fait je viole sauvagement les bonnes mères de familles? Vous savez, celles qui emmènent leurs enfants à une manifestation politique, malgré le risque toujours présent dans nos démocracies éclairées de gaz lacrimogènes, et se réclament d’un mouvement spontané et laïc tout en brandissant un crucifix à bout de bras. Oui, le 16 novembre, tout était réuni : enfants; la classe moyenne blanche, catholique et Bien-Pensante; et bombes lacrimogènes. Ces dernières n’étaient pas directement destinées à la horde homophobe, mais la police ne faisait pas dans le détail, sans doute considérant que Dieu reconnaîtrait les siens.

Pour savoir à quoi ça ressemble, le gaz lacrimogène, prenez du jus de piment et frottez-vous les yeux avec. Voilà. C’est ça. Et ces imbéciles ont volontairement exposé leurs enfants à cette torture.

Où en étais-je ? Ah oui, j’ai commis une erreur que ne pardonnent pas ceux qui militent contre le mariage et la reconnaissance des familles homoparentales, en prétendant qu’ils sont pour le mariage et la protection des enfants. Ils se sont précipités sur ce humble blog, qui en temps normal reçoit peu de visites, pour abuser en masse de l’outil Web of Trust, qui est censé servir pour indiquer quels sites sont dignes de confiance, et lesquels sont carrément nocifs, racontant des mensonges énormes ou pourvoyant des virus et autres chevaux de Troie.

Et la liberté d’expression ? C’est bien de ne pas être d’accord, mais de là à étiquetter quelqu’un comme étant mal intentionné parce qu’on ne partage pas son avis, il y a un pas immense à franchir. Un pas hypocrite et anti-démocratique à souhait. Mais c’est sans doute le problème de ce mouvement Civitas/Alliance Vita etc : leur argument repose uniquement sur des avis personnels, pas des faits.

On a droit à son opinion, mais les faits restent toujours les mêmes. Clouer quelqu’un au pillori pour avoir dit la vérité, c’est déjà arrivé. A un mec il y a 2000 ans, par exemple. Celui-là même que ces gens prétendent adorer.

Hypocrites.