Parution de la deuxième édition de « La pierre noire de Bugarach »

Ah, Bugarach. La date fatidique du 21 décembre 2012 approche, et chaque jour on en parle dans les médias. Il paraît qu’on peut y déguster des pizzas « Apocalypse » et un vin millésimé « Fin du Monde », une forme de spiritualité à laquelle tout le monde pourrait sûrement adhérer.

Les mythes et légendes de la région ont déjà inspiré plus d’un écrivain, et pas des moindres.  Ca fait donc vraiment plaisir de pouvoir le dire : le roman d’aventure La pierre noire de Bugarach, écrit par des amis Toulousains, a connu un tel succès qu’on sort une deuxième édition. C’est d’autant plus impressionnant que c’est un premier roman pour « Maurice Prevel ».

On va se plaindre, tiens. Et pour fêter ça,  il y a quelque chose de spécial, bien mieux que les cartes postales et fonds d’écran habituelles :

A l’occasion de la parution de la deuxième édition de ce livre, les éditions Amigaya se sont associées à Relief Edition pour réaliser la première carte en relief centrée sur ce pays de légende qui va de Quillan à Tautavel en passant par Rennes le Château, Bugarach, les gorges de Galamus, les châteaux cathares de Peyrepertuse, de Quéribus et bien d’autres. Une carte que l’on peut parcourir en ayant l’impression d’être en avion, de montagnes et vallées que l’on peut toucher des doigts… Un régal pour l’imagination, que l’on trouvera sans doute dans bien des souliers de Noël dans cette région cette année ! (Carte Georelief « Terres de Légende : Rennes le Château, Bugarach & les sites cathares et templiers », 14,95 euros).

Je vous suggère humblement que cette carte n’est pas à réserver aux férus de la géographie et aux lecteurs de livres d’aventure. Les amateurs de jeux de rôle fantastique y trouveront sûrement aussi leur bonheur.

Pour rappel, voici l’histoire en quelques mots :

Ce roman fait vivre au lecteur, autour de cette fameuse « montagne de l’Apocalypse », une aventure haletante liée à une rumeur propagée par les médias. Jules, professeur de philosophie à Toulouse, explorateur à ses heures, se trouve malgré lui recueillir des mains d’un mourant une mystérieuse pierre noire convoitée par des groupes « mystiques ». Un petit journaliste local mis au courant n’hésite pas à commettre un meurtre et répandre, dans un but mercantile, le buzz autour du mystère de cette pierre. Jules fait la rencontre dans des conditions dramatiques d’une belle géologue, Leila, et d’un enfant étrange, Naya, qui semble connaître les secrets de la montagne. Son chien n’est pas le moindre des protagonistes de cette aventure. Dès lors, plusieurs actions s’entrecroisent : celles de Jules et Leila, celles du jeune gendarme chargé de l’enquête, celles du journaliste et de mystérieux groupes… Cela finira mal pour certains, mais la pierre conduira nos héros à une scène finale spectaculaire, digne d’Indiana Jones.

On peut acheter la carte avec le roman ou séparément sur le site des Editions Amigaya. Non, je ne touche pas de commission. Et toc.

Les auteurs sur Facebook

Article précédent : Roman : la pierre noire de Bugarach