YesPLEEZ et le spam

J’ai reçu ce message il y a peu:

Bonjour,
Pourriez vous relayer sur votre site que désormais l’UMP utilise les services de YESPLEEZ pour arroser les quidam de mail politiques sans leur avoir demander quoique ce soit.
Qui finance ces envois « commerciaux » pour la campagne présidentielle alors que le candidat UMP ne s’est soit disant pas encore déclaré, cette dépense sera-t-elle dans les comptes de campagnes de M. SARKOSI ?

Ce qui est une très bonne question, même si elle comporte de nombreuses fautes d’orthographe.

En fait, je viens de me rendre compte que YesPLEEZ m’envoie du spam, malgré le fait que je ne leur ai jamais rien demandé. Le CNIL est bien gentil, mais ne fait pas grand-chose : pas facile de les contacter, et les logiciels tiers censés permettre aux victimes de spam de porter plainte ne sont pas top-top. Spamcop.net reste ce qu’il y a de mieux, mais il faut payer en dollars. Toutefois, en tant que particulier il ne me coûte que $30 par an depuis des années, donc non seulement il ne connaît pas l’inflation mais en plus le gain de temps par rapport aux quelques euros dépensés est considérable.

Ceci étant dit, je n’ai jamais reçu de spam de la part de l’UMP, que ce soit par le biais de YesPLEEZ ou autrement.

L’homophobie? Il y a une app pour ça…

Android robot logo.
Image via Wikipedia

On dit qu’il ne faut jamais prendre pour de la méchanceté ce qui pourrait plus probablement relever de l’incompétence et la stupidité. Partons donc sur le principe que distribuer une application, téléchargeable sur tout appareil Android, qui prétend éclaircir une mère inquiète sur l’homosexualité potentielle de son fils est stupide et fait preuve d’une inconscience à la limite de la cruauté. Eh bien, il y a des incompétents qui le font. Sur le site d’Allout.org, une association qui réunit hétéro, homo, bi et trans dans la lutte contre la discrimination :

La plateforme de Google vend une drôle d’application pour les utilisateurs de ses smartphones Android : intitulée « Mon fil est-il gay ? », l’app pose 20 questions aux mères, demandant si leur enfant « fait très attention à ses tenues » ou s’il préfère « le football » aux « comédies musicales » pour déterminer son orientation sexuelle.

L’application va même jusqu’à insinuer que le divorce des parents peut rendre leur enfant gay.

Si elle est sérieuse, l’application est infamante et mensongère. Si c’est une blague, elle est faite aux dépens de millions d’adolescents qui se battent pour faire respecter leur identité. Interpellons les équipes de Google pour que l’application soit retirée du store.

LES 20 QUESTIONS DE L’APPLICATION

  1. Aime-t-il bien s’habiller, fait-il très attention à ses tenues et aux marques ?
  2. Aime-t-il le football ?
  3. Avant sa naissance, souhaitiez-vous que cet enfant soit une fille ?
  4. S’est-il déjà battu ou a-t-il participé à une bagarre ?
  5. Lit-il des journaux sportifs ?
  6. A-t-il une meilleure amie ?
  7. Aime-t-il les sports d’équipe ?
  8. Est-il pudique ?
  9. Est-il fan des chanteuses divas (Dalida, Mylène Farmer…) ?
  10. Reste-t-il longtemps dans sa salle de bain ?
  11. A-t-il un piercing à la langue, à l’arcade, au nez ou à l’oreille ?
  12. Met-il du temps à se coiffer avant de se montrer ?
  13. Vous posez-vous des questions sur l’orientation sexuelle de votre fils ?
  14. Etes-vous divorcée ?
  15. Aime-t-il les comédies musicales ?
  16. Vous a-t-il présenté une petite copine ?
  17. Le père est-il très autoritaire avec son fils ?
  18. Dans ses relations familiales, dénote-t-on une certaine absence du père ?
  19. Dans son enfance, était-il plutôt timide et discret ?
  20. A-t-il de la complicité avec son père ?

C’est franchement du n’importe quoi. Même la presse gouttière anglaise n’oserait pas publier ce genre de « sondage ». Ces questions n’ont rien à voir avec une orientation sexuelle (sinon on n’aurait pas de rugbyman gay), le divorce n’y influe pas non plus. Les pensées de la mère lorsqu’elle était enceinte? Non seulement c’est une grosse connerie, mais cela pourrait faire culpabiliser : c’est donc une question à la fois stupide et cruelle. Quant aux goûts musicaux, ce n’est pas parce qu’un type aime Madonna ou Lady Gaga qu’il est gay. Ou parce qu’il aime le métal qu’il est hétéro, d’ailleurs.

Vous êtes contre la pseudoscience?  L’homophobie? La stupidité bête et méchante? Réagissez et signez la pétition sur www.allout.org/fr/androidapp.

Rue89 : Après l’appli « Juif ou pas juif », voici « Mon fils est-il gay ? »
Libération : Encore une appli qui dérange

Je me suis auto-spammé

J’ai pas l’air bête. Enfin, si un peu. Mais c’est pas tout à fait de ma faute, j’étais débordée, y a plein d’autres qui font pareil.

Trève d’excuses traditionelles et néanmoins à la con. Tout ceci pour dire que je goûte assez peu la dernière trouvaille des spammeurs, qui est d’envoyer des spams via un site web tout à fait sérieux – que ce soit Amazon, Blizzard, ou le mien – en espérant passer sous le radar antispam, ou de pousser les services Abuse à ne pas tenir compte des plaintes puisque le site est tout à fait légitime.

Site blocké par Online.net pendant 48h, et je peux difficilement les blâmer, vu la croisade que je mène contre les vendeurs de montres contrefaites et de médicaments pour avoir une grosse b*te (et puis, dans mon cas il faudrait plus que des pillules douteuses pour rembourrer mon slip !)

Ils ne m’empêcheront pas de me servir de Spamcop, même si je serai obligée de prendre quelques secondes de plus pour vérifier que le site incriminé est bien fautif.

Le temps passé à rechercher un éventuel script malveillant sur mon site n’est pas complètement perdu : j’ai effacé pas mal de fichiers obsolètes, SPIP ayant bien évolué depuis que je m’en sers. Et je vais profiter de l’occasion pour essayer de mettre en place l’authentification par OpenID, même si j’ai bien peur que ce ne soit pas compatible avec des plugins existants. On verra.

Créez vos propres étiquettes "avertissement"

Le site est en anglais mais très facile à utiliser.

Mode d’emploi :

  1. Choisir un modèle d’étiquette
  2. Sélectionner une image
  3. Saisir votre texte (sans accent – uniquement de l’ASCII US)
  4. Admirer le résultat !

Le texte étant libre, cela peut aussi être utilisé de façon tout à fait sérieuse et professionnelle.

Heureusement pour notre mauvais goût, il y a des sites apparentés, y compris pour créer de fausses inscriptions funéraires :

Ceci étant dit, c’est bien ce que le génial comique anglo-irlandais Spike Milligan a mis sur sa pierre tombale.

Distributed.net: Calcul distribué pour tous

Depuis sa création en 1997 notre projet s’est développé au point de regrouper des milliers d’utilisateurs de par le monde. La puissance de calcul de distributed.net a grossi jusqu’à devenir équivalente à celle de plus de 160000 ordinateurs PII à 266 MHz tournant 24 h sur 24, 7 jours par semaine et 365 jours par an ! Notre infrastructure s’est améliorée au cours des ans au point de pouvoir gérer sans problème des dizaines de milliers de nouveaux ordinateurs.

Distributed.net est avant tout spécialisé dans les mathématiques (projet OGR) et le décryptage – méthode force brute – de clés de sécurité afin de vérifier leur fiabilité (projet RC5). Le client logiciel est configurable à souhait, et prend très peu de place, que ce soit sur votre disque dur ou en mémoire. Les lots à traiter sont très petits et, grâce à la nature un peu particulière des projets, si pour une raison quelconque vous perdez votre accès Internet pendant que Distributed.net tourne, le client peut générer ses propres clés à vérifier.

C’est donc un système très souple, qui en plus est disponible pour beaucoup de plateformes – ce qui n’est pas le cas pour d’autres systèmes de calcul distribué, parfois limités à des versions très récentes de Windows. Lorsque leurs clients incluent Linux i386, on est content. Si en plus il y a MacOSX, c’est la fête…

Distributed.net dispose de clients pour :

  • Acorn RISCOS
  • AmigaOS (PowerUp, WarpOS et OS4) et MorphOS
  • AIX
  • OpenBSD, NetBSD, FreeBSD, BSD/OS (x86, PPC, Sparc …)
  • Divers UNIX, y compris DEC UNIX/OSF1, HPUX, SCO Unix
  • Linux (nombreux processeurs)
  • Mac OS X
  • Novell NetWare
  • NeXT/OS
  • IBM OS/2, IBM OS/390
  • QNX
  • SGI IRIX
  • Solaris/SunOS
  • DEC VMS
  • Windows 95/98/Me/NT/2k/XP/2003, Windows 3.x
  • PC-DOS/MS-DOS

D’autres questions ? Non ? Alors maintenant vous savez comment exploiter la puissance de calcul inutilisé de vos vieux PC, Acorn ou autres Amiga que méprisent des projets tels que BOINC.

SPIP, système de gestion de contenu

Crée par des français, ce remarquable outil en PHP est désormais arrivé à sa version 1.8.3 et a été traduit dans de nombreuses langues.

Il y a encore pas mal de choses à mettre en place ou améliorer, mais c’est déjà un outil puissant, customisable à souhait, pour peu qu’on prenne la peine d’apprendre un peu de HTML et un soupçon de PHP.

On peut relier des articles entre eux avec un système de mots-clefs : c’est pour cela que vous allez voir, à côté de cet article et à gauche sur votre écran une petite liste des autres articles partageant les mêmes mots-clefs. C’est beau, hein ?

Ca gère même les sites en plusieurs langues, avec des liens entre article d’origine et traduction(s).

Pour les paresseux et autres débordés permanents, on peut même faire un article virtuel, qui n’est autre qu’un lien renvoyant le surfeur sur un autre site, là où se trouve l’article d’origine. A utiliser avec discrétion, évidemment, puisque dans la plupart des cas on aimerait que le lecteur reste et contribue un peu lui-même au contenu du site, que ce soit délire, info, discussion âpre sur un point de politique, ou si le Balrog a des ailes ou non.

Un autre petit plus appréciable est la syndication (RSS). Avec la création de fichiers « backend », on peut mettre sur un autre site, ou en page d’accueil, la liste des derniers articles publiés.

Je vous laisse découvrir le reste sur le site de SPIP