La maladie de Lyme : entre psychose et fausses informations – Afis – Association française pour l’information scientifique

… Une sensation d’effroi gagne le public. Et comment pourrait-il en être autrement, quand certains affirment que cette maladie, si complexe, pourrait jouer un rôle dans la schizophrénie, la maladie de Parkinson, la dépression, les troubles bipolaires, les infarctus, la méningite, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, et même l’autisme ? Ainsi, par exemple, le Dr Judith Miklossy, neurologue à Lausanne, explique-t-elle à Paris Match (14 juin 2016) : « En 1988, lors d’une autopsie, j’ai observé le cerveau d’un mort par infarctus et j’y ai découvert des borrélies de Lyme qui avaient fabriqué des plaques amyloïdes identiques à celles d’Alzheimer […] Selon le spécialiste américain de Lyme, Alan Mac-Donald, ce sont elles qui ont créé des lésions cérébrales typiques d’Alzheimer. » …

Lire l’article en entier: La maladie de Lyme : entre psychose et fausses informations – Afis – Association française pour l’information scientifique

L’homéopathie marche, paraît-il

Pilules homéopathiquesCe doit être un point sensible chez eux, car chaque fois que j’écris sur la supercherie monumentale qu’est l’homéopathie, il y a toujours un fan d’homéopathie qui se pointe pour « corriger » mes supposées erreurs. Et ce n’est pas comme si mon blog était très actif. Enfin, passons.

Voici un commentaire sur Qu’est-ce que l’Oscillococcinum ? qui est arrivé aujourd’hui :

J’ai lu avec intérêt plusieurs articles que vous avez écrit concernant l’homéopathie. Cependant, je suis surprise du peu de sources que vous citez, notamment lorsque vous déclarez que certains principes actifs seraient imaginaires tels que le mur de Berlin ou le lait d’animaux venant de la mythologie. Je ne cherche pas à vous contredire, je suis simplement intéressée par vos sources (ce doit être le côté académique de mes études)!

OK, stop là, pour le moment. Je crois que vous n’avez pas compris. D’abord, il n’y a aucun principe actif dans les produits homéopathiques : c’est le principe de base de l’homéopathie. Comme vous dites avoir étudié le sujet, ne fût-ce que brièvement, cela m’étonne que vous puissiez l’ignorer.

Des sources? J’ai cité peu de sources en effet, car ce blog est en français et  la plupart des papiers scientifiques (et pseudoscientifiques) sont en anglais. Lire la suite

Qu’est-ce que l’Oscillococcinum ?

Les pharmacies semblent toutes s’inquiéter de leur chiffre d’affaires plutôt que de la santé de leurs clients. Elles continuent à nous bassiner avec des pubs pour produits douteux, de la pseudoscience en tête de rayon, et des  attrape-nigauds en présentoir géant à coté de la caisse.

Voici donc, en cette période de rhume des foins, de piqûres d’insectes, de coups de soleil et autres pathologies pas toujours bénines, un petit rappel de ce que c’est que l’homéopathie.

Lilo, moteur de recherche « alternatif », finance des charlatans

imlogoheaderOn m’avait recommandé Lilo comme moteur de recherche à la place de Google, Bing et autres Duck-duck-go, en m’expliquant que les clicks servent à financer des actions caritatives. C’est un but tout à fait louable, bien sûr. Hélas, il n’y a pas beaucoup de choix dans les projets à financer, même si cela s’étoffe petit à petit, et certains sont très discutables.

Il y en a un qui m’a choqué, un organisme qui raconte ceci sur son site web (filtré via rbutr, vous aurez peut-être à remplir un Captcha):

Homéostasie : Pour que les processus physiologiques de guérison du corps soient efficaces il faut que nos cellules reçoivent tous les éléments dont elles ont besoin pour remplir parfaitement leurs fonctions. Cela a fait dire à Andrew Taylor Still que «la règle de l’artère est suprême». Les cellules doivent pouvoir se régénérer et se débarrasser de leurs déchets. Pour cela il faut que le sang, la lymphe, en un mot tous les liquides du corps, circulent librement. C’est le mouvement qui facilite l’acheminement des liquides dans les tissus, favorisant par la même le renouvellement du milieu dans lequel baignent nos cellules. Un autre système de régulation important est représenté par le système nerveux, qui est en relation étroite avec la colonne vertébrale.
La résultante de ces trois principes permet de favoriser l’équilibre du milieu intérieur ou homéostasie, ce qu’Andrew Taylor Still dénommait, dans un langage du XIX° siècle: l’auto guérison du corps. (Certains mécanismes physiologiques n’avaient pas encore été mis à jour quand Still écrivait ses mots). Les termes d’ «auto guérison du corps» et de «remèdes naturels» qu’il employait, permettaient d’illustrer le propos. Il nous semble important d’indiquer que l’ostéopathie ne prétend pas tout soigner, et que les bons ostéopathes ne réfutent pas l’usage des médicaments.

Lire la suite

J’ai eu l’enfance la plus bio qu’on puisse imaginer, sans vaccins. Et j’ai été malade tout le temps. | Slate.fr

Les anti-vaccins devraient comprendre une chose: exposer sciemment son enfant à la maladie est cruel. Car, même sans complications, ces maladies ne sont pas une partie de plaisir…

Source: J’ai eu l’enfance la plus bio qu’on puisse imaginer, sans vaccins. Et j’ai été malade tout le temps. | Slate.fr

Edzard Ernst sur les médecines douces

Médecines douces : info ou intox ?

Cliquez sur l’image pour acheter chez Amazon

Je vous en avais déjà parlé : le livre à succès du Pr Edzard Ernst et le Dr Simon Singh sur les médecines dites « douces ». A l’époque ils cherchaient une traduction du titre qui évoquerait le magnifique jeu de mots de l’original en anglais. Hélas, ils n’ont pas trouvé, mais cela n’empêche pas le livre d’être incontournable. Surtout en France, où on nage dans la magie et les remèdes « naturels ».

Hier j’ai vu un  petit de moins de deux ans avec le collier en ambre censé soulager les poussées dentaires. Par simple contact avec la peau. Si un enfant le machouille – ce qui est fort probable – il risque d’en avaler une bille et étouffer. Ce qui est aussi fort probable. Voici pourquoi un livre comme ceci est nécessaire.

Dites-vous bien que c’est probablement un pharmacien qui a vendu cette horreur potentiellement mortelle. Tout comme ce sont les pharmacies qui vendent de l’homéopathie, des suppléments, des remèdes herbaux. Ce livre examine ce qu’on peut trouver dans n’importe quelle pharmacie française, donc, et nous l’existence (ou non) de preuves scientifiques pour l’efficacité des remèdes en question.

Il examine également de près l’ostéopathie et la chiropraxie, deux disciplines fortement liées, pour séparer bénéfices, risques et – chez certains praticiens – appels à la magie pure.  On ne peut, d’ailleurs, qu’exprimer de l’admiration pour l’ingénuité des auteurs, qui ont trouvé un moyen d’administrer un placebo en acupuncture afin de vérifier si cette technique a vraiment un effet.

D’autres pratiques sont passées en revue : la médecine chinoise, le reiki, l’aromathérapie, les remèdes Bach, la réflexologie, la médecine anthroposophique, la détox, les aimants et bien d’autres. Les gadgets tels que le collier en ambre ou bracelets « équilibre » en prennent également pour leur grade.

Quand ça marche, les auteurs n’ont pas peur de le dire – et tout n’est pas négatif. Mais quand c’est de la charlatanerie pure et dure, ils le disent aussi. Ce qui, comme l’a fait remarquer Michel Cymès à Edzard Ernst lors de son passage au Magazine de la Santé, pourrait le mettre en danger d’agression physique s’il se fait reconnaître dans la rue. Car les pilules en sucre, la détox post-galette-des-rois, et autres produits sans aucun fondement scientifique sont de grosses sources de revenus pour certains.

Ce livre est agréable à lire (ce qui est rare !), bien organisé (pas de problème pour retrouver un passage) et contient une liste compréhensive d’études scientifiques sur les différents pratiques analysés, si vous souhaitez creuser la question. Fortement conseillé. A acheter pour lire, et à garder comme texte de référence. En plus, il ne coûte pas cher. Faites-en profiter vos amis, famille et connaissances !

Entretien avec Edzard Ernst sur France 5 : « Médecines alternatives : plus qu’un placebo ?«