Homosexualité de deux cadres du FN : « l’outing est une démarche militante » – | Rue89Lyon

Suite au ramdam soulevé par les révélations supposées du magazine Closer et le hurlement généralisé d’ « attentat à la vie privée » poussé par la classe politique de tous bords, voici un petit rappel des épisodes précédents. Les propos du juge sont particulièrement importants dans le contexte, car il s’agit ici d’un parti politique profondément homophobe :

L’homosexualité de membres de l’entourage proche de la présidente du Front national (FN) Marine Le Pen est un secret de polichinelle, mais il est rare qu’elle soit évoquée publiquement. La crainte de représailles juridiques n’a pourtant pas suffi à décourager Octave Nitkowski, étudiant en première année à l’Institut d’Études Politiques de Paris révélé l’an dernier par son blog consacré à la campagne des législatives à Hénin-Beaumont…

La suite : Homosexualité de deux cadres du FN : « l’outing est une démarche militante » – | Rue89Lyon (article paru en janvier 2014)

Les anti « mariage pour tous » : sont-ils vraiment homophobes ?

Union for a Popular Movement

Union for a Popular Movement (Photo credit: Wikipedia)

Depuis qu’il y a le Débat à l’Assemblée Nationale, les députés UMP qui sont contre le mariage pour tous se font leur pub partout où ils passent. Et comme font remarquer très justement les médias, ça gueule à propos de choses qui ne sont même pas dans le texte à voter. Notamment, l’accès à la PMA pour les couples de lesbiennes mariées.

Ils crient également sur tous les toits qu’on les traite d’homophobe, s’indignant de ce sobriquet, et prétendent qu’on préfère les traiter de tous les noms plutôt qu’adresser le problème de fond. Bon, vu qu’ils considèrent quelque chose qui n’est pas dans le texte à débattre comme un problème de fond on ferait peut-être mieux de leur dire qu’ils sont bornés et cons à taper dessus, mais ça ne se fait pas dans l’Hémicycle donc on laissera passer.

Sont-ils homophobes? A première vue on dirait oui, vu qu’il y a régulièrement des dérapages du style « et pourquoi pas l’inceste/la zoophilie/la polygamie/la pédophilie tant qu’on y est? ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que ces personnes-là se montrent d’une ignorance affolante pour des élus censés agir pour l’intérêt de la nation et le bien de tous. Mais regardons de plus près les arguments sortis à tout coin de rue par ces braves gens en ce moment, pour décrier la légalisation du  mariage entre deux personnes du même sexe.

« Ce projet de loi, c’est la porte ouverte à la reconnaissance de la Gestion Pour Autrui, d’ailleurs le Gouvernement l’a déjà reconnue de fait. »

Je ne suis pas particulièrement convaincu de la déontologie de la gestation pour autrui, quelle que soit l’orientation sexuelle  du couple qui en bénéficie. Toutefois elle existe. Ce serait stupide de prétendre que ce n’est pas le cas et d’une cruauté extrême de laisser les enfants qui en résultent – qu’on approuve ou non – sans filiation, sans nationalité et dans un flou juridique qui en fait des non-personnes. Donc, non seulement ils emploient l’argument fallacieux dit de « l’homme de paille » (vu que le sujet n’est pas à l’ordre du jour) mais en plus ils se montrent complètement dépourvus de conscience. Toutefois, ce n’est pas de l’homophobie proprement dit.

« Ouvrir la PMA aux couples lesbiens poserait le problème de la filiation »

Il faudrait que ces braves messieurs-dames m’expliquent en quoi la filiation serait différente par rapport à un couple hétero qui fait appel à un donneur de sperme. Là, on sent qu’ils ne sont pas à l’aise avec l’idée d’une lignée matrilinéaire. Est-ce qu’on s’approcherait un peu du vrai problème à leurs yeux ?

« Ouvrir la PMA aux lesbiennes poserait des problèmes pour le nom patronymique »

Si, si, je l’ai bien entendu ce matin sur France Info. Il semblerait que ce monsieur – oui, bien sûr que c’était un homme – ne soit pas au courant du fait que depuis quelques années déjà tout couple peut choisir lequel des deux transmettra son patronyme aux enfants, le but étant de sauvegarder les patronymes rares et éviter que d’ici 50 ans on s’appelle tous Martin ou Dupont. Mais ce qu’on comprend, en sous-entendu, est que certains s’offusquent à l’idée que des femmes puissent se passer d’un mec, bien viril, bien dominant, pour fonder une famille.

Ca commence à puer la misogynie, y a pas à dire.

« Je suis contre le recours à la PMA pour les lesbiennes, parce que c’est pour convenance personnelle »

Bingo ! Un couple hétéro stérile ou en difficulté aura recours à la PMA « pour raison médicale », mais une lesbienne ? Convenance personnelle ! Elle n’a qu’à coucher avec un homme ! Là, c’est clair et net : c’est de la lesbophobie dont il s’agit. C’est le Patriarche qui parle ; les femmes n’ont qu’à coucher avec lui ou se résigner à mourir sans descendance.

Donc, je conclus que oui : ceux qui gueulent si fort contre le mariage pour tous en brandissant l’épouvantail de la femme libérée et l’enfant aimé sont en effet homophobes. Mais ils sont avant tout sexistes et lesbophobes.

Virginie Despentes répond à Lionel Jospin et aux anti-mariage pour tous – Têtu

Une excellent et bien argumentée réponse à ces homophobes qui  militent contre le droit au mariage et à l’adoption des couples homo et qui crient diffamation lorsqu’on leur applique le nom d’homophobe.

TRIBUNE. Vendredi dernier, l’ancien Premier ministre réaffirmait ses réserves sur l’ouverture du mariage aux homos. L’écrivaine Virginie Despentes revient sur son argumentaire, et celle des anti-mariage pour tous.

Invité vendredi dernier sur le plateau du Grand Journal de Canal +, Lionel Jospin est revenu sur ses réserves sur l’ouverture du mariage aux couples homos. «C’est la position de mon parti, et donc je la respecte, a commenté l’ancien Premier ministre. Ce n’était pas la mienne au départ. Ce que je pense c’est que l’idée fondamentale doit rester, pour le mariage, pour les couples et pour la vie en général, que l’humanité est structurée entre hommes et femmes.» L’écrivaine Virginie Despentes a choisi de lui répondre dans une tribune que publie TÊTU.com.

Alors, cette semaine, c’est Lionel Jospin qui s’y colle. Il trouve qu’on n’entend pas assez de conneries comme ça, sur le mariage gay, il y va de son solo perso. Tranquille, hein, c’est sans homophobie. Il n’a pas dit qu’on avait le droit de casser du pédé ou de pourrir la vie des bébés gouines au lycée, non, juste, il tenait à signaler: attention, avec le mariage, on pousse mémé dans les orties. «L’humanité est structurée sur le rapport hommes femmes.» Juste, sans homophobie: les gouines et les pédés ne font pas vraiment partie de l’humanité. Ils ne sont pourtant pas stériles – mais comme ils ne vivent pas en couple, ce n’est pas de l’humain pur jus, pas de l’humain-humain comme l’est monsieur Jospin. Ce n’est pas super délicat pour les célibataires et les gens sans enfants, son truc, mais Jospin est comme ça: il a une idée forte de ce qu’est l’humanité, et l’humanité, c’est les femmes et les hommes qui vivent ensemble, copulent et produisent des enfants pour la patrie. C’est dommages pour les femmes, vu que, in fine, cette humanité là, c’est l’histoire de comment elles en ont pris plein la gueule pendant des millénaires, mais c’est l’humanité, que veux tu, on la changera pas…

Lire la suite ici:  Virginie Despentes répond à Lionel Jospin et aux anti-mariage pour tous – Têtu.

Projet pédagogique du SNUipp-FSU « Lutte contre l’homophobie à l’école primaire »

English: SVG of Image:French university icon.png

Image via Wikipedia

On m’a demandé de transmettre ceci, et je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas. Il y a encore beaucoup de travail à faire sur le sexisme et l’homophobie, ainsi que pour l’éducation sexuelle.

Avis de recherche pour une belle et si nécessaire action

Projet pédagogique du SNUipp-FSU « Lutte contre l’homophobie à l’école primaire »

…à diffuser autour de vous sans modération

Le SNUipp-FSU s’engage dans un projet qui consiste à concevoir, expérimenter, finaliser et exploiter des outils à destination des enseignant-e-s, permettant de lutter contre l’homophobie dès l’école primaire. Pour cela nous demandons à des collègues, dans différents départements, de nous faire part de leur expérience et/ou de mettre en œuvre dans leur classe une ou plusieurs séquences dont nous proposons la trame…

Le projet concerne les trois cycles, et les six domaines suivants :

  • les injures et violences
  • les stéréotypes de sexe
  • les familles
  • les relations amoureuses
  • le rapport au corps
  •  l’éducation à la sexualité

Le projet est piloté par la Commission nationale de lutte contre l’homophobie du SNUipp-FSU, avec le soutien de Cendrine Marro, successeure de Nicole Mosconi et enseignante à l’université Paris X, département « genre, savoirs et éducation »... L’association v.ideaux, de Toulouse, réalisera les tournages vidéos ainsi que le syndicat national . Il est proposé, selon la volonté de chaque collègue intéressé−e :

  •  de nous faire part des remarques et ajustements éventuels ainsi que des réactions des élèves après la séquence ;
  • et/ou d’accepter un regard extérieur dans la classe (par exemple pour un reportage ou une observation détaillée) ;
  • et/ou d’accepter un reportage filmé.

Pour toute information supplémentaire voir pièce jointe et contacter la commission : snu_commission_lgbt@list.snuipp.fr

Note perso de l’association v.ideaux : Et si vous n’êtes pas encore convaincu-e-s par le projet, regardez la bande annonce de ce formidable film « It’s elementary » de Debra Chasnoff

Ce film a été réalisé sur une expérience similaire de lutte contre l’homophobie aux USA. Nous tenons à votre disposition une copie DVD sous-titré en Français si le film vous intéresse. Dans notre association v.ideaux, notre rêve serait de pouvoir réaliser un documentaire comme celui ci en France… v.ideaux@yahoo.fr

Mise à jour 05/03/2012 : Une partie de phrase a été supprimée à la demande (très polie) d’une des parties intéressées.

« Je préférerais que mon fils soit mort plutôt que gay »

Appel à signatures

Reçu le 29 septembre 2011

Cher adhérent,

« Je préférerais que mon fils soit mort plutôt que gay. »

Je m’appelle Eleonora Pereira et ces mots résonnent encore dans ma tête. Ils ont été prononcés récemment par un parlementaire de mon pays, le Brésil.

Mon fils Jose Ricardo a été assassiné l’an dernier parce qu’il était gay.

Quand j’ai entendu ces propos, censés défendre les « valeurs familiales » des Brésiliens, j’étais sous le choc, furieuse. Je me sentais bien seule pour me battre …

Mais ça, c’était avant.

Avec l’aide d’All Out, des mères venues de tout le Brésil se sont rassemblées pour dénoncer les violences qui font du Brésil l’un des pays les plus dangereux pour les personnes gay ou transgenre. Nous nous faisons appeler les « Mamans pour l’Égalité ».

Je m’apprête à rejoindre plus d’une dizaine d’autres mères à la capitale Brasilia afin d’exiger que notre Congrès soutienne une loi anti-homophobie pour protéger TOUS les Brésiliens des violences et
des discriminations. Nous dirons au Gouvernement et à la société tout entière que l’égalité fait partie des « valeurs de la famille ». Qui mieux qu’une maman pour parler de ces valeurs ? Je vous demande de nous soutenir en ajoutant votre nom à notre appel maintenant :

www.allout.org/fr/maespelaigualdade

Notre mouvement les « Mamans pour l’Égalité » rassemble également des mamans dont les enfants ne sont pas homosexuels. L’homophobie et les discours haineux sont dangereux pour tous les Brésiliens. Récemment, un père et son fils ont été violemment agressés car ils ont été pris pour un couple gay. Une personne hétérosexuelle a été tuée en prenant la défense d’un homosexuel pendant une agression. Pas plus tard que la semaine dernière, des hommes ont poursuivi et tiré sur une jeune femme qu’ils ont prise pour une transsexuelle.

Qui mieux que les mères pour défendre ces « valeurs familiales » derrière lesquelles des politiques brésiliens se cachent pour justifier leur homophobie ? C’est pour cela que nous nous rendons au Congrès pour demander à nos dirigeants de voter immédiatement cette loi et de commencer à travailler ensemble MAINTENANT pour arrêter les violences et s’occuper de TOUTES les familles brésiliennes.

Cliquez ci-dessous pour découvrir les autres Mamans, et soutenez notre action en ajoutant votre nom à notre appel. Et surtout, partagez-le avec votre entourage, vos ami-e-s, … et votre Maman !

www.allout.org/fr/maespelaigualdade

Notre visite au Congrès est la première étape d’un long chemin. Dans les mois à venir, nous allons nous faire entendre dans les rues, sur les ondes, dans les salles de classes : nous, les « Mamans pour l’Égalité », allons raconter notre histoire et nous battre pour mettre un terme aux violences, aux préjugés et à la discrimination. Je le fais pour mon fils Jose Ricardo, et dans l’espoir qu’ensemble, nous allons faire du Brésil un pays riche de diversité, et d’égalité pour tous.

Eleonora Pereira, les Mamans pour l’Égalité et nos amis d’All Out.

PLUS D’INFORMATIONS :
Bolsonaro: « Je préfère que mon fils soit mort plutôt que gay » (en portugais). 9 juin 2011
Les évangélistes brésiliens en croisade antigay Libération, 15 juin 2011
Les crimes homophobes de plus en plus courants au Brésil (en anglais). Amnesty International, 2010
Nouvelle agression sur l’Avenida Paulista : l’homophobie mise en cause (en portugais). Veja, 29 août 2011
Le nombre de LGBT assassinés au Brésil atteint des sommets, Têtu, octobre 2010
Assassinée de sang-froid (VIDÉO sur Priscila Brandão, une jeune femme transsexuelle abattue au début de l’année)

All Out est un nouveau mouvement en ligne qui rassemble des internautes du monde entier – hétéros, lesbiennes, gays, bi, trans, … – pour un monde où nous sommes tous égaux et libres d’être différents.Notre adresse : Purpose Foundation, 224 Centre St, New York, NY 10013

Copyright © 2011 AllOut.org, All rights reserved.

L’homophobie? Il y a une app pour ça…

Android robot logo.
Image via Wikipedia

On dit qu’il ne faut jamais prendre pour de la méchanceté ce qui pourrait plus probablement relever de l’incompétence et la stupidité. Partons donc sur le principe que distribuer une application, téléchargeable sur tout appareil Android, qui prétend éclaircir une mère inquiète sur l’homosexualité potentielle de son fils est stupide et fait preuve d’une inconscience à la limite de la cruauté. Eh bien, il y a des incompétents qui le font. Sur le site d’Allout.org, une association qui réunit hétéro, homo, bi et trans dans la lutte contre la discrimination :

La plateforme de Google vend une drôle d’application pour les utilisateurs de ses smartphones Android : intitulée « Mon fil est-il gay ? », l’app pose 20 questions aux mères, demandant si leur enfant « fait très attention à ses tenues » ou s’il préfère « le football » aux « comédies musicales » pour déterminer son orientation sexuelle.

L’application va même jusqu’à insinuer que le divorce des parents peut rendre leur enfant gay.

Si elle est sérieuse, l’application est infamante et mensongère. Si c’est une blague, elle est faite aux dépens de millions d’adolescents qui se battent pour faire respecter leur identité. Interpellons les équipes de Google pour que l’application soit retirée du store.

LES 20 QUESTIONS DE L’APPLICATION

  1. Aime-t-il bien s’habiller, fait-il très attention à ses tenues et aux marques ?
  2. Aime-t-il le football ?
  3. Avant sa naissance, souhaitiez-vous que cet enfant soit une fille ?
  4. S’est-il déjà battu ou a-t-il participé à une bagarre ?
  5. Lit-il des journaux sportifs ?
  6. A-t-il une meilleure amie ?
  7. Aime-t-il les sports d’équipe ?
  8. Est-il pudique ?
  9. Est-il fan des chanteuses divas (Dalida, Mylène Farmer…) ?
  10. Reste-t-il longtemps dans sa salle de bain ?
  11. A-t-il un piercing à la langue, à l’arcade, au nez ou à l’oreille ?
  12. Met-il du temps à se coiffer avant de se montrer ?
  13. Vous posez-vous des questions sur l’orientation sexuelle de votre fils ?
  14. Etes-vous divorcée ?
  15. Aime-t-il les comédies musicales ?
  16. Vous a-t-il présenté une petite copine ?
  17. Le père est-il très autoritaire avec son fils ?
  18. Dans ses relations familiales, dénote-t-on une certaine absence du père ?
  19. Dans son enfance, était-il plutôt timide et discret ?
  20. A-t-il de la complicité avec son père ?

C’est franchement du n’importe quoi. Même la presse gouttière anglaise n’oserait pas publier ce genre de « sondage ». Ces questions n’ont rien à voir avec une orientation sexuelle (sinon on n’aurait pas de rugbyman gay), le divorce n’y influe pas non plus. Les pensées de la mère lorsqu’elle était enceinte? Non seulement c’est une grosse connerie, mais cela pourrait faire culpabiliser : c’est donc une question à la fois stupide et cruelle. Quant aux goûts musicaux, ce n’est pas parce qu’un type aime Madonna ou Lady Gaga qu’il est gay. Ou parce qu’il aime le métal qu’il est hétéro, d’ailleurs.

Vous êtes contre la pseudoscience?  L’homophobie? La stupidité bête et méchante? Réagissez et signez la pétition sur www.allout.org/fr/androidapp.

Rue89 : Après l’appli « Juif ou pas juif », voici « Mon fils est-il gay ? »
Libération : Encore une appli qui dérange