Je suis Charlie

ET JE VOUS EMMERDE !

L’assassinat d’une douzaine de collaborateurs de Charlie Hebdo n’étouffera pas la liberté d’expression. Nous ne laisserons pas la haine contenue dans un livre pondu par des tarés détruire la démocratie.

Comme dit le dicton du Canard : La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas.

Usons-en.

Bavure à l’échalote

Voici quelques détournements de photo qui font rage sur le Net en ce moment. Le sale con qui asperge des étudiants paisiblement assis par terre est devenu un meme  (prononcé mime). Son faciès et son nom (Pike) sont répandus partout et franchement : bien fait pour sa gueule. Apparemment, ce ne serait pas son premier coup en sale-connerie.

Contrairement à la traduction qui fait rage, ce n’est pas un vaporisateur à poivre – ce qui aurait déjà été assez désagréable à prendre dans les yeux, la gorge, les sinus, mais du piment. On l’appelle aussi un aérosol capsique.

Vous pouvez cliquer sur une des images ci-dessus pour aller sur un site qui collectionne ces petits bijoux d’humour noir. Ce qui est à l’origine de toute cette hilarité est beaucoup moins drôle :

Les cris à la fin « Shame on you! » veulent dire « Honte à vous! ». Le vaporisateur est censé être utilisé à une distance minimum de 5m et délivre du piment à très forte dose. Beaucoup plus agressif que le piment le plus fort piment connu. Cru. Sympa de recevoir ça dans l’oeil.

La police américaine a été beaucoup critiquée à propos de leur comportement excessif lors des manifestions pacifiques des Indignés américains. Tu m’étonnes. L’officier en question est actuellement suspendu de ses fonctions et fera l’objet d’une enquête. On attend encore de savoir ce qui adviendra de ceux qui ont:

  • aspergé une femme de 84 ans du même produit
  • battu une femme enceinte, qui a fait une fausse couche à la suite de son calvaire
  • maltraité une transsexuelle en la laissant attachée dans une pièce sale sans accès aux toilettes pendant des heures
  • attaqué des journalistes, et leur ont interdit l’accès à des lieux publiques
  • fait l’agent provocateur

et ainsi de suite…

Raôul: le jeu de rôle qui sent sous les bras

Jeu de rôle et pastiche de jeu de rôle édité par Les rêveurs de runes, malheureusement ce petit bijou n’est plus en vente, ce qui empêche d’encourager le talent des frères Larcenet (car ce sont eux les créateurs).

Toutefois, si par bonheur vous tombez sur une version d’occasion, n’hésitez pas à l’acheter (je précise d’avance que vous n’aurez pas la mienne) : vous allez pleurer de rire du début jusqu’à la fin de ce très (trop ?) court livret.

Il s’agit d’incarner un Français Moyen. Celui qui porte un marcel, une gourmette en or, joue à la pétanque et la belote, achète son vin en six-pack de bouteilles en plastoc’, et s’accroche à des opinions politiques à se cogner la tête contre le mur. Du pur délire, qui demande quand même beaucoup de rôleplay, les dés ne servant qu’à tirer le perso au début de la partie. On ne fait pas de campagne à Raôul : une partie qui dépasse 2 heures est fortement déconseillée, ça doit aller vite. Après tout, depuis quand un Raôul s’arrête pour réfléchir ?

Il y a également un supplément : D’ac Raoûl. Et c’est tout aussi épuisé. Peut-être qu’un jour les Larcenet consentiront à rééditer cette mini série 100% collecteur ? On peut quand même télécharger des trucs ici qui vous permettront de goûter à Raôul même sans faire partie des élus qui possèdent le bouquin ET le supplément. Mwahahahaha.