Les anti « mariage pour tous » : sont-ils vraiment homophobes ?

Union for a Popular Movement

Union for a Popular Movement (Photo credit: Wikipedia)

Depuis qu’il y a le Débat à l’Assemblée Nationale, les députés UMP qui sont contre le mariage pour tous se font leur pub partout où ils passent. Et comme font remarquer très justement les médias, ça gueule à propos de choses qui ne sont même pas dans le texte à voter. Notamment, l’accès à la PMA pour les couples de lesbiennes mariées.

Ils crient également sur tous les toits qu’on les traite d’homophobe, s’indignant de ce sobriquet, et prétendent qu’on préfère les traiter de tous les noms plutôt qu’adresser le problème de fond. Bon, vu qu’ils considèrent quelque chose qui n’est pas dans le texte à débattre comme un problème de fond on ferait peut-être mieux de leur dire qu’ils sont bornés et cons à taper dessus, mais ça ne se fait pas dans l’Hémicycle donc on laissera passer.

Sont-ils homophobes? A première vue on dirait oui, vu qu’il y a régulièrement des dérapages du style « et pourquoi pas l’inceste/la zoophilie/la polygamie/la pédophilie tant qu’on y est? ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que ces personnes-là se montrent d’une ignorance affolante pour des élus censés agir pour l’intérêt de la nation et le bien de tous. Mais regardons de plus près les arguments sortis à tout coin de rue par ces braves gens en ce moment, pour décrier la légalisation du  mariage entre deux personnes du même sexe.

« Ce projet de loi, c’est la porte ouverte à la reconnaissance de la Gestion Pour Autrui, d’ailleurs le Gouvernement l’a déjà reconnue de fait. »

Je ne suis pas particulièrement convaincu de la déontologie de la gestation pour autrui, quelle que soit l’orientation sexuelle  du couple qui en bénéficie. Toutefois elle existe. Ce serait stupide de prétendre que ce n’est pas le cas et d’une cruauté extrême de laisser les enfants qui en résultent – qu’on approuve ou non – sans filiation, sans nationalité et dans un flou juridique qui en fait des non-personnes. Donc, non seulement ils emploient l’argument fallacieux dit de « l’homme de paille » (vu que le sujet n’est pas à l’ordre du jour) mais en plus ils se montrent complètement dépourvus de conscience. Toutefois, ce n’est pas de l’homophobie proprement dit.

« Ouvrir la PMA aux couples lesbiens poserait le problème de la filiation »

Il faudrait que ces braves messieurs-dames m’expliquent en quoi la filiation serait différente par rapport à un couple hétero qui fait appel à un donneur de sperme. Là, on sent qu’ils ne sont pas à l’aise avec l’idée d’une lignée matrilinéaire. Est-ce qu’on s’approcherait un peu du vrai problème à leurs yeux ?

« Ouvrir la PMA aux lesbiennes poserait des problèmes pour le nom patronymique »

Si, si, je l’ai bien entendu ce matin sur France Info. Il semblerait que ce monsieur – oui, bien sûr que c’était un homme – ne soit pas au courant du fait que depuis quelques années déjà tout couple peut choisir lequel des deux transmettra son patronyme aux enfants, le but étant de sauvegarder les patronymes rares et éviter que d’ici 50 ans on s’appelle tous Martin ou Dupont. Mais ce qu’on comprend, en sous-entendu, est que certains s’offusquent à l’idée que des femmes puissent se passer d’un mec, bien viril, bien dominant, pour fonder une famille.

Ca commence à puer la misogynie, y a pas à dire.

« Je suis contre le recours à la PMA pour les lesbiennes, parce que c’est pour convenance personnelle »

Bingo ! Un couple hétéro stérile ou en difficulté aura recours à la PMA « pour raison médicale », mais une lesbienne ? Convenance personnelle ! Elle n’a qu’à coucher avec un homme ! Là, c’est clair et net : c’est de la lesbophobie dont il s’agit. C’est le Patriarche qui parle ; les femmes n’ont qu’à coucher avec lui ou se résigner à mourir sans descendance.

Donc, je conclus que oui : ceux qui gueulent si fort contre le mariage pour tous en brandissant l’épouvantail de la femme libérée et l’enfant aimé sont en effet homophobes. Mais ils sont avant tout sexistes et lesbophobes.